Bienvenue sur Sentiers2000


 

Page d'accueil

 

In english

 

Découvrez les gîtes

 

Promos/Tarifs/Dispos

 

Nature et activités

Plan d'accès

Notre travail d'artistes

    Peinture

    Sculpture

    Expos-Agenda

    Poésies/Contes

    Spectacles


La météo


Les sites amis

 

Page mise à jour le :
05 Fevrier 2006, 17:01
Page vue 2607 fois


Visiteur
- Login
- Recharger la page


Merci pour votre visite.

Gîtes Sentiers2000
La-Sciaz
La Côte d'Aime
73210 AIME

04 79 09 70 01
06 12 76 42 95

Notre site artistique
Tableaux Sculptures Poésies
Spectacles



 http://www.sentiers-des-arts.net  

Mes Contes

A titre d'exemple voici un conte assez court

  

Balade au creux d'un mur

 

Conte de Michel Gombert

 

 

En plein mois de février j'ai profité d'une belle journée ensoleillée pour aller marcher, histoire de me dérouiller un peu les articulations.

Comme il avait neigé abondamment quelques jours plus tôt j’ai pris mes raquettes et sitôt quitté le goudron de la départementale, je les ai chaussées

Quel plaisir de marcher sur ce chemin invisible, dans un silence d'où n'émerge que le bruit feutré de la neige qui se tasse sous mes pas.

Mon esprit vagabonde, mes yeux suivent un aigle, puis un parapente lointain, et j'avance, lentement, respirant la vie à pleins poumons.

A ma gauche un vieux mur en pierres sèches a capté la chaleur du soleil et a fait fondre la neige. La pierre est grise, vieillie par les ans, mais, curieusement, un peu plus loin, au milieu du mur, apparaît une tâche de couleur. Je m'approche, et m'arrête, étonné, à deux mètres de quelque chose que j'ai du mal à qualifier.

Là, entre deux pierres, une espèce de serpent sort du mur. Cà ressemble à un serpent mais çà n'en est pas un. La bestiole n'a pas d'écailles mais des poils tout fins et soyeux formant un pelage à motifs jaunes et rouges, du plus bel effet. Elle possède six pattes, ou tout du moins il n'y en que six de visibles, pour la partie qui sort du mur.

Je suis abasourdi. Je n'ai jamais vu une bête de la sorte !

Mais ce qui me bluffe le plus, ce n'est pas sa forme, ni ses poils, ni ses couleurs, ni le fait qu'elle vienne de me dire

-         Bonjour Michel

Non, le plus étonnant c'est que sur sa petite tête, au-dessus de sa bouche souriante et de ses yeux malicieux, est posée une casquette, une toute petite casquette, à sa taille, une casquette noire, avec sur le devant le logo en forme de virgule de Nike.

Machinalement je réponds :

-         Bonjour, ça va ?

-         Très bien, et toi ?

-         Super, mais que fais-tu là, dans ce mur ?

Et contre toute attente, la bestiole me répond :

-         Je fais de la pub

-         De la pub ?

-         Et bien oui, de la pub, pour Nike.

-         Et ça marche ?

-         Pas très bien, en fait

-         Pourquoi ?

-         Il ne passe pas grand monde par ici. Tu es le premier aujourd'hui.

-         Ah bon !

-         Avec un peu de chance je verrai peut-être quelqu'un d'autre avant ce soir, mais ce n'est pas sûr.

-         Mais alors, pourquoi fais-tu de la pub ici ?

-         Parce que c'est un des seuls endroits où les gens passent à pied.

-         Et ça paye bien la pub pour Nike ?

-         Oh non, rien du tout. D'ailleurs, chez Nike, ils ne me connaissent même pas !

-         Mais alors, pourquoi Nike ?

-         Oh, c'est tout bête. Un jour une petite fille est passée, avec une poupée Barbie, une poupée Ken avec une casquette Nike, et elle a perdu la casquette. Je l'ai récupérée, elle était à ma taille, alors j'ai décidé de me lancer comme panneau publicitaire.

J'étais de plus en plus étonné, mais cette conversation m'amusait. La bestiole était charmante, et drôle. Faire de la pub pour Nike ! Avec une casquette !

-         Pourtant, si ça ne te rapporte rien, pourquoi le fais-tu ?

-         C'est toi qui dit que ça ne me rapporte rien ! Bien sûr ça ne me rapporte pas d’argent, mais ça me permet de discuter avec ceux dont l'esprit accepte de me voir, comme toi, et puis, …..

 

Et puis la discussion a continué, hors du temps et de la raison, une discussion de tout et de rien, de poésie et d'amour, de rêve et de couleurs.

 

Et puis un moment je suis redescendu sur terre. J'avais froid, le soleil avait disparu depuis un moment déjà, il était temps de rentrer.

Alors j'ai pris congé de la bestiole, je lui ai dit au revoir, à la prochaine.

A bout de deux cents mètres, je me suis dit que j'avais oublié de lui poser des tas de questions. Qui était-t-elle ? Comment pouvait-elle me parler ? Comment connaissait-elle Nike ? Et plein d'autres questions encore.

J'ai failli rebrousser chemin, revenir près d'elle, et lui poser toutes ces questions.

Et puis j'ai renoncé, en me disant que finalement qu'importe d'avoir toutes les réponses !

L'important dans la vie, ce n'est pas d'avoir toutes les réponses, l'important, c'est surtout de se poser des questions.

 

 

Michel Gombert -  8 février 2004

 
Page construite en 0.001 secondes, avec 4 requètes par XOLO 0.6.7. xolo powered Google+